Accueil Famille Qu’est-ce que la retenue sur salaire ?

Qu’est-ce que la retenue sur salaire ?

C’ est jeudi, paye ! Savez-vous comment vérifier s’il n’y a pas d’erreur dans votre montant de paie ? Au fait, quelles sont toutes ces retenues sur votre salaire ?

Il n’est pas si facile de déchiffrer la masse salariale qui accompagne chacune de vos rémunérations. Cependant, puisque vous êtes responsable de confirmer qu’il n’y a pas eu d’erreur dans ce document important – et donc le montant de votre chèque de paie – il est préférable d’identifier les différents éléments.

A lire aussi : Comment refuser une garde alternée ?

Pour cette raison, Jobboom a jugé bon de revoir les informations clés point par point.

Éléments obligatoires sur votre paie

Identification T

• Nom de l’employeur

A lire aussi : Voyager aux Etats-Unis avec des enfants : nos conseils

• Nom et nom de famille de l’employé

• Identification de l’emploi (le titre du poste)

• La date à laquelle le paiement des salaires est effectué

• La période correspondant au paiement à payer

Partie « Salaire »

• Nombre d’heures de travail rémunérées au taux normal

• Nombre d’heures supplémentaires payées

• Le nombre d’heures supplémentaires effectuées donnant droit au lieu de séjour (y compris le taux applicable)

• Type et montant des primes, allocations, commissions payées ou avantages imposables

• Le taux horaire de traitement

• Le niveau du salaire brut

• Le montant du salaire net versé à l’employé

• Le nombre de pointes, que l’employé lui a communiqué ou attribué par l’employeur

Partie des retenues

• Type et montant des déductions faites

Déductions du salaire brut

Au Québec, certains frais sont déduits du salaire brut, dont certains sont obligatoires.

Qu’ est-ce que l’employeur doit retenir sur le salaire ?

• L’impôt et les cotisations à la santé au Québec, qui varient selon la catégorie d’impôt sur le revenu dans laquelle se trouve l’employé.

• Cotisations au Régime québécois d’assurance parentale (RQAP)

• Cotisations à l’assurance-chômage

• Cotisations au régime de rentes du Québec (RRQ)

Dans certains cas, d’autres frais seront retenus, tels que :

• Contribution au régime de retraite de l’entreprise

• Frais d’adhésion possibles

• Primes d’assurance collective — Autres retenues auxquelles l’employé s’est engagé (stationnement, etc.)

Que signifie chacun des acronymes de votre paie

RRQ – Régime de rentes du Québec

C’ est le régime d’assurance publique de la province de Québec. Tout employé de plus de 18 ans ayant un salaire annuel de plus de 3 500$ doit y cotiser. Ces cotisations offrent une protection financière de base à tous ceux qui travaillent ou ont travaillé au Québec lorsqu’ils sont à la retraite lorsque leur conjoint décède ou devient invalide.

Le montant de votre cotisation dépend de votre revenu. La cotisation est égale à 10,8 % de votre salaire imposable entre 3 500$ et 57 400$ (limite de 2019). Si l’employé est employé, l’employeur paie la moitié de cette cotisation. Si l’employé est indépendant, il couvrira la totalité de la cotisation.

CNESST — Commission des normes de l’emploi, de l’équité, de la santé et de la sécurité

Il s’agit d’une assurance salariale qui protège les travailleurs en cas d’accident au cours de leur métier.

Un salarié n’est pas tenu de cotiser pour bénéficier de cette assurance, sauf dans le cas d’un travailleur indépendant dont la contribution varie en fonction des risques de sa profession. C’est donc l’employeur qui finance cette assurance pour ses salariés.

RQAP — Régime d’assurance jeunesse du Québec

Ce programme provincial permet au Québec d’être financé lorsque vous êtes en congé parental, en congé de paternité, en congé d’adoption ou en congé de maternité.

Le taux de cotisation au RQAP est de 0,526 % pour un montant annuel maximal de 402,39 USD (2019). Le revenu assurable maximal pris en compte est pour 2019 76,500 USD. Le niveau du revenu assurable est rajusté le 1er janvier de chaque année. Le taux de cotisation de l’employeur est de 0,736 % en 2019. Pour un travailleur en baisse, le taux est de 0,934 %.

AE — Assurance-chômage

C’ est une assurance fédérale. Il permet aux chômeurs de recevoir des prestations. Tous les travailleurs occupant un emploi assurable et leurs employeurs doivent cotiser à l’assurance-chômage.

Cette cotisation est calculée sur la base du revenu assurable de l’employé. Le taux appliqué est de 1,25 % pour 2019 et le revenu assurable annuel peut atteindre 53 100$.

Régime de pension agréé REER

Les cotisations au type de régime d’austérité pour la retraite sont déductibles d’impôt.

Si l’employé contribue à ce type de régime avec son employeur, alors la masse salariale peut contribuer au spécifier automatiquement le montant déduit du salaire. Le plafond du gouvernement pour ces contributions est fixé à 18 %, soit un maximum de 26 230$ en 2018 et de 26 500$ en 2019.

RPA – Régime de retraite légal

Régime de pension offert par un employeur ou un syndicat. Selon la forme du système de pension auquel l’employé contribue, cet acronyme peut être différent.

Les cotisations à un RPA sont automatiquement retenues au moment du paiement du salaire. Il est à noter qu’une déduction de cotisations à un RPA peut être demandée pour la déclaration de revenus annuelle.

Régime de bénéfices différés du RPDB

Planifier les employeurs de partager une partie des bénéfices de l’entreprise avec ses employés.

Il s’agit d’un revenu différé non imposable que l’employé reçoit sans cotiser d’avoir à le faire.

Assurance pour les groupes

Cette assurance est imposée par l’employeur à ses employés afin qu’ils aient un accès équitable aux médicaments. Un employé peut être exempté de cette taxe s’il prouve qu’il est déjà couvert par un autre régime privé d’assurance-médicaments.

L’ employeur est tenu par la loi de déduire le montant des primes associées à cette assurance du salaire versé à l’employé et d’indiquer ce montant sur la masse salariale.

ARTICLES LIÉS